lundi 8 mai 2017

La République En Marche!


Il était le seul candidat du 1er tour à pouvoir battre aussi largement Marine Le Pen, et Emmanuel Macron l'a fait. 
66% des suffrages, c'est net, avec incontestablement des points acquis lors du débat de l'entre-deux-tours au cours duquel il a fait face avec dignité, autorité et courage. La République a retenu son souffle, mais elle est aujourd'hui en marche!

De lourdes responsabilités attendent notre Président élu. Il doit aller vite pour imposer son style et faire passer ses premières mesures.

Les partis politiques traditionnels ne répondent plus aux attentes des Français. Tireront-ils les enseignements de ce scrutin? Ou continueront-ils à fonctionner de manière clanique en excluant, en stigmatisant... Alors que l'ouverture et la bienveillance sont les méthodes qui ont fait leur preuve au sein d'En Marche! 

Il faut donner maintenant une majorité présidentielle à Emmanuel Macron pour qu'il puisse mettre en œuvre son projet. Les petits calculs revanchards du PS et de LR ne doivent pas triompher. Une nouvelle campagne commence aujourd'hui. La République En Marche!

Géraldine Poirault-Gauvin

mardi 25 avril 2017

Entre nous soit dit...


Bonsoir à tous et merci pour vos réactions!

Pardon pour l'heure tardive, mais dans la vraie vie, j'ai un travail et mon temps libre se limite à mes soirées.

J'ai tant de choses à vous dire. Alors dans l'ordre :

1- Je remercie tous ceux qui partagent mon avis et qui soutiennent ma démarche en faveur d'Emmanuel Macron. Je pense que nous avons fait le bon choix et nous devons pour la France, être vigilants et convaincre celles et ceux qui seraient tentés par l'abstention au second tour.

2- Pour tous ceux qui essaient de comprendre ma démarche, sans partager mon avis, je vous dis merci pour votre écoute et votre tolérance. Entre gens de bonne volonté, nous pouvons avancer et Emmanuel Macron aura besoin de la droite et de la gauche pour réussir son pari.

3- Pour mes anciens colistiers qui doutent, n'oubliez pas que nous avons fait campagne dans le 15è arrondissement de Paris sur le renouvellement des pratiques politiques, sur le respect d'une certaine éthique dans l'action publique et sur la soif de modernité de nos concitoyens. Ma démarche va dans la droite ligne de ce que nous avons construit ensemble à l'époque. Nous étions à l'avant-garde!

4- Pour tous les militants engagés chez LR et pour qui j'ai tant de respect et d'amitié, je vous dis qu'une grande partie de ceux pour qui vous vous battez quotidiennement ne vous méritent pas! Comment ont-ils pu laisser faire un tel désastre? Trop peu de personnes chez les leaders LR pour vous proposer un plan B ou un recours. Vous êtes trop bons de continuer à leur faire confiance. Plus de chèque en blanc!

5- Enfin, pour tous ceux qui ne comprennent pas mon choix, je vous invite à prendre du recul. Les circonstances nous commandent parfois de prendre des décisions qui n'allaient pas de soi quelques années plus tôt. Quand je lis que "la Manif pour tous" appelle à "s'opposer à Emmanuel Macron, le candidat anti-famille", je me demande si ces personnes qui se revendiquent de la religion ont conscience qu'ils précipitent le pays dans le chaos avec Marine Le Pen.

Le 7 mai prochain, faites le choix de l'ouverture, de la bienveillance, de l'espoir et de la confiance en l'avenir.

Il a 39 ans, l'énergie de ceux qui tranchent, la culture de ceux qui ont grandi à l'école de la République et le sens de l'intérêt général.

Emmanuel Macron va redorer l'image de la France à l'international et apaiser cette France sur les nerfs qui a tant besoin de retrouver du sens et de l'espoir.

Nous avons besoin de cette énergie pour nous ouvrir plutôt que pour nous replier.

Bonne nuit à tous!

Géraldine Poirault-Gauvin


Emmanuel Macron, au second tour, comme au premier!


Dimanche, les Français ont fait preuve d’une grande maturité politique en manifestant leur désir de changement. Les deux grands partis traditionnels qui se partagent les responsabilités depuis des dizaines d’années ont été écartés du pouvoir. Contre toute attente, le mouvement politique le plus jeune, résolument tourné vers l’avenir, En Marche!, est arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle. 

Depuis des mois, je m’impose une cure de silence. Pas un statut Facebook, pas un tweet sur mon engagement politique, pas une réaction depuis novembre 2016 sur l’élection présidentielle. Ceux qui me connaissent savent à quel point j’ai pris sur moi... Difficile de se taire quand on a, toute sa vie, affiché ses convictions. Il faut savoir tirer les leçons du passé. Et pourtant, je n'ai jamais suivi une campagne avec autant d'enthousiasme et convaincu autant de gens autour de moi.

Femme de droite, ayant adhéré pendant près de 20 ans au RPR puis à l’UMP et enfin chez LR jusqu’en 2015, élue de l’UMP pendant près de 15 ans, ayant porté encore récemment les couleurs de ce parti aux élections départementales en Touraine, j’ai, comme tant et tant d’électeurs de droite, voté pour Emmanuel Macron après avoir adhéré au Mouvement En Marche! et soutenu financièrement son candidat.

Entre la place grandissante accordée à Sens commun, la propension à donner des leçons d'exemplarité et la victimisation outrancière, la campagne menée par François Fillon a achevé de me convaincre de tourner la page de mon histoire politique avec Les Républicains.

Je me reconnais dans une droite généreuse, ouverte, sûre d'elle, et tolérante... Une droite populaire, c'est-à-dire le contraire du parti de notables fermé sur lui-même que représente aujourd'hui le clan Les Républicains.

J’ai voté au premier tour pour Emmanuel Macron, pour le seul candidat qui avait mis un pied dans une entreprise, pour celui qui place l’éducation et la culture au cœur de son programme, pour celui qui soutiendra les entrepreneurs qui créent de l’emploi dans notre pays et qui va enfin réformer le Code du travail, pour celui qui fera de la transition écologique une priorité de son mandat. J’ai voté pour celui qui voit dans l’Europe une protection supplémentaire pour la France et pour celui qui rassemble les Français et additionne les talents. J’ai voté pour celui qui incarne le renouveau et la modernité des pratiques politiques avec plus de proximité et de parité.

Emmanuel Macron propose depuis des mois un autre chemin. Il vient de bousculer l'échiquier politique. Comme lui, j’ai toujours pensé que des élus de droite et de gauche pouvaient travailler ensemble dans l’intérêt général. Je l’ai payé cher dans mon parcours politique mais aujourd’hui, cette idée triomphe ! Comme lui, je regrette le clanisme et le sectarisme des partis politiques traditionnels. Comme lui, je pense que la société civile a toute sa place dans la sphère politique.

Le 7 mai, rejoignez le mouvement de l’espoir et du renouveau, non seulement pour écarter la candidate du FN, mais surtout pour croire à nouveau en la politique.

Pour ma part, je reste une femme de droite, progressiste et attachée à la liberté, mais je suis En Marche!, fière de cheminer avec les Français dans la bonne direction.

lundi 4 janvier 2016

2016 : du courage... sinon rien


Vagues d'attentats terroristes, explosion du chômage, montée du Front national, crise des partis politiques traditionnels, exode de notre jeunesse qualifiée vers des horizons plus favorables... l'année 2015 aura été une succession de grandes épreuves, de petits échecs et d'insondables déceptions pour tous les Français. Dans un tel contexte, qui peut dire sans sourciller qu'il garde pleinement confiance en l'avenir dans notre pays ?

Naturellement, les vœux de certains politiques appellent nos concitoyens à croire en leurs toutes nouvelles propositions, en leur programme qu'ils vont écrire à leur totale écoute, quasiment sous leur dictée... Tous et toutes vont "changer", "tirer les leçons", "refaire du terrain", "revenir à la base"pour retrouver la "confiance" du peuple français et "redonner espoir".

Je crois que les Français n'ont plus envie d'être écoutés, compris, entendus.... Ils veulent de l'ACTION et pour ce faire du COURAGE, du COURAGE et encore du COURAGE!

Il n'y aura pas de place pour les solutions tièdes, les mesurettes et les réformettes. Cette année, il va falloir être efficace. Il n'y aura donc pas d'espace pour les états d'âme et les débats stériles. Les femmes et les hommes politiques sont prévenus : il va falloir être à la hauteur!

Attentats : nous attendons encore des mesures concrètes qui permettent à chaque Français de se sentir en sécurité dans sa vie quotidienne. Transports en commun, écoles, lieux publics : tout est-il vraiment fait pour que de nouveaux drames soient évités? Il y a tant de bonnes pratiques non coûteuses qui pourraient être recensées et mises en oeuvre pour assurer la protection de chacun.
Les consignes de sécurité ne sont pas assez communiquées. Il faut faire de la pédagogie pour rassurer et faire de chaque Français un acteur de la sécurité de tous.

Etat d'urgence : nos parlementaires ont-ils bien conscience du rôle déterminant qu'ils doivent jouer pour continuer à préserver nos libertés individuelles et collectives dans un contexte sécuritaire indispensable pour protéger la vie de nos concitoyens? Auront-ils le courage d'être libres dans leur choix, au delà des consignes de vote de leur parti politique?

Chômage : ceux qui sont en capacité de créer des emplois dans notre pays sont-ils encouragés? TPE, PME particuliers employeurs, artisans... tous les premiers pourvoyeurs d'emplois sont-ils incités à embaucher ou à conserver leurs salariés? Il faut briser ces poids qui freinent la croissance à ce niveau de l'économie car chaque famille est touchée par ce besoin d'emplois de proximité.

Partis politiques : les primaires à droite, comme à gauche, seront-elles à la hauteur des enjeux nationaux? Ceux qui gagneront ces compétitions internes seront ceux qui se démarqueront par leur empathie et leur capacité à entraîner derrière eux tout un peuple, au-delà de leur famille politique d'origine. Il ne suffira pas de faire illusion. Il va falloir vraiment aimer la France pour être digne de la représenter.

Jeunesse : debout les jeunes! Ne vous laissez pas gâcher votre avenir. Devenez les auteurs et les acteurs de l'histoire que vous voulez vivre. Le monde qui vous est donné en héritage n'est pas celui auquel vous rêviez? Alors changez-le vous-mêmes! Engagez-vous et ayez le courage de repousser les guerres et le gâchis qui ne sont pas les vôtres.

Que cela soit dit : l'année 2016 sera placée sous le signe du courage ou sera un désastre.
Et c'est à ceux qui sont sur le devant de la scène de montrer l'exemple.

mardi 9 juin 2015

Dans les médias (2)

La justice s'acharne-t-elle sur Nicolas Sarkozy ou fait-elle simplement son travail?

Tel était le thème du débat qui m'a opposé à Raquel Garrido, Avocate, Porte-parole du Parti de Gauche, jeudi dernier sur Europe 1 dans le Grand Direct de l'Actu animé par Jean-Marc Morandini.


ON AIR!

dimanche 7 juin 2015

Dans les médias (1) ...



J'ai participé cette semaine au débat "On ne va pas se mentir" à l'invitation d'Audrey Pulvar sur I-Télé en présence de Marie-Noëlle Lienemann, Sénatrice PS, Virginie Martin, Présidente du think tank Different et Nicolas Prissette, journaliste au JDD.

Scandale de la FIFA, Garde à vue de proches de Nicolas Sarkozy... Retrouvez la première partie du débat ... puis la seconde partie sur la situation en Irak

ONVPSM partie 1 du 03/06/2015 -




Stratégie de la coalition en Irak contre Daesh... : Retrouvez la seconde partie du débat.






dimanche 31 mai 2015

Parce que je suis Républicaine

Pour la 3ème fois depuis 1996, je viens de changer de parti politique sans avoir eu la moindre démarche à entreprendre.

Le RPR, l'UEM (l'Union en Mouvement), puis l'UMP et aujourd'hui Les Républicains!


Les acteurs restent quasiment les mêmes. De nouvelles têtes ont fait leur apparition, et c'est heureux, mais les grands matchs au sommet concernent les mêmes personnes : il y a 20 ans, nous assistions à la bataille Balladur/Chirac. Aujourd'hui, les observateurs ne retiennent du Congrès des Républicains que le duel Juppé/Sarkozy, c'est-à-dire les premiers lieutenants des candidats de la droite à la présidentielle de 1995.

Pourtant, en 20 ans, tout a changé dans notre famille politique.

La majorité des centristes a fait le pari du rassemblement avec la droite républicaine. L'UDI et le Modem cultivent leurs différences pour peser sur les alliances, mais les programmes restent proches.

Le principe de non-alliance avec le Front national est totalement acquis. Le Front républicain défendu en 1998 par Philippe Séguin a subi quelques avatars avec le ni-ni, mais personne n'envisage aujourd'hui, parmi les ténors de la droite républicaine, le moindre accord avec le FN.

La parité fait peu à peu son chemin même si, au Congrès fondateur des Républicains, les "Monsieur Loyal" étaient tous des femmes! Le bureau politique de notre mouvement est enfin paritaire. A charge pour celles qui ont été désignées de promouvoir leurs collègues féminines. 

Les primaires vont enfin départager nos candidats à la présidentielle. Elles vont apporter de nombreuses surprises et personne ne peut prédire aujourd'hui qui sortira vainqueur de cette compétition. Quelques quadras sont en embuscade, et d'autres quinquas n'ont pas dit leur dernier mot.
L'année 2016 s'annonce passionnante.

Alors oui, notre famille politique va dans le bons sens.
Les changements qu'elle a connus sont salutaires même s'il faut aller beaucoup plus loin en matière de modernisation des pratiques politiques.
Il nous revient aujourd'hui de travailler davantage sur le fond, sur les propositions qui vont composer le prochain projet présidentiel.

Parce que je suis Républicaine, je vais participer activement à cette réflexion en la nourrissant des témoignages de nos concitoyens rencontrés sur le terrain en Touraine.

Longue vie aux Républicains!

mardi 17 février 2015

Suivez notre campagne sur le Canton de Montlouis-Chambray

Montlouis-Chambray

Avec mon binôme Gilles AUGEREAU et nos remplaçants Elzbieta RICHARD et Stéphane GRANDJEAN, nous défendons les couleurs de l'UMP et de l'UDI sur le canton de Montlouis-sur-Loire.
Suivez notre campagne sur notre blog : http://montlouis-chambray.blogspot.fr

lundi 16 février 2015

Une page qui se tourne... et un nouveau départ!

Le Parisien ayant publié cet article la semaine dernière, mon départ de Paris n'est plus un secret pour personne.


Je précise seulement un point : Philippe Goujon n'a jamais été mon "mentor". Un ami par le passé OK; un collègue de travail OK; un mentor... c'est quelqu'un pour qui l'on a de l'estime et de l'admiration.

Je suis heureuse de cette nouvelle étape de ma vie. Installée depuis déjà deux mois, je suis à la recherche d'une maison pour faire venir toute ma petite famille... Chaque jour me conforte dans ce choix : la Touraine est douce à vivre et l'air que l'on y respire y est tellement plus sain.
Désormais, je profite de notre belle capitale en "touriste" lors de mes visites régulières.

Déjà, la campagne des élections départementales bat son plein sur le canton de Montlouis-sur-Loire où je suis investie par l'UMP et l'UDI. J'habite la commune de Chambray-lès-Tours.

Merci à toute l'équipe de l'UMP 37. Merci à nos députés Philippe Briand et Claude Greff pour leur accueil chaleureux. Et merci à Fabrice Boigard, notre secrétaire départemental, qui fait un boulot extraordinaire!

vendredi 16 janvier 2015

jeudi 8 janvier 2015

Pour #Charlie, du courage pour ne plus jamais se taire

Au terme de cette épouvantable journée, endeuillée par cet attentat terroriste contre la rédaction de Charlie Hebdo, je pense aux 12 victimes qui sont mortes pour avoir défendu la liberté d'expression. Je pense naturellement à leur famille et à tous ceux qui les ont aimés. Je pense aussi à la France.

Le 7 janvier 2015 restera dans l'histoire comme un jour noir. Mais l'élan de résistance qui a suivi et conduit des dizaines de milliers de personnes à se rassembler dans les principales villes de notre pays est réconfortant. Oui, les Français se sont mobilisés aujourd'hui pour clamer "Même pas peur " & "Je suis Charlie", pour dire "Non" à cette barbarie.

C'est aussi un tournant dans le traitement de l'information et dans le travail des journalistes. Philippe Val, l'ancien directeur de Charlie Hebdo qui a perdu tous ses confrères, a appelé aujourd'hui les journalistes et les politiques "au courage" et à "dire la vérité". Il a regretté l'attitude des intellectuels insuffisamment mobilisés contre le fondamentalisme et affirmé que c'est sur le plan culturel qu'il fallait agir pour lutter contre l'extrémisme religieux. 

Sur France Inter, Philippe Val disait aujourd'hui : "Notre moyen de rendre la justice est de moins nous taire, c'est de continuer... J'espère que cette tragédie, qui est irréparable, va changer les choses, qu'on ne va pas laisser les salopards récupérer ça... Il s'agit d'avoir un discours fort et réaliste sur cette montée du danger qui est réelle et que l'on dénonçait depuis des années. On ne nous a pas écoutés. Aujourd'hui il faut nous écouter, il ne faut pas nous laisser seuls."

En tant qu'élue de la droite républicaine, je dois reconnaître qu'il est difficile de parler d'intégrisme, d'extrémisme ou de fondamentalisme religieux sans être accusée immédiatement par la bien-pensance de courir après les idées du Front national. Comme si ces thématiques ne pouvaient être évoquées sans vous rendre suspect de tenir un discours droitier. C'est le poids du politiquement correct qui pousse à l'autocensure, à édulcorer ses propos par peur d'être pris pour raciste. Je ne suis pas raciste alors pourquoi devrais-je avoir peur de parler du fondamentalisme religieux? La droite n'est pas à l'aise avec ces sujets très sensibles.

Pour toutes les victimes du 7 janvier 2015, je m'engage à ne plus avoir peur de dire tout ce que je pense, à trouver les mots pour ne pas heurter. Car le silence de la droite républicaine est coupable, comme celui des intellectuels ou des journalistes qui cèdent à la peur du tabou. Nous devons défendre la laïcité avec plus de force, ne pas céder à l'angélisme et protéger nos concitoyens contre les dangers du fondamentalisme religieux par la promotion d'une culture plus attachée aux principes républicains. Sinon, c'est le Front national qui va gagner. Et cela, il faut l'empêcher à tout prix. Du courage.

mardi 6 janvier 2015

Hidalgo lance le mot de Cambronne au visage des banlieusards

Hausse des tarifs de stationnement


Elle a beau jeu de jouer les frondeuses, de faire semblant de tenir tête au gouvernement face à l’augmentation des impôts des Français, la Maire de Paris vient montrer son vrai visage en ce début d'année 2015 : celui d’une gauche déconnectée des réalités qui fait les poches des automobilistes pour boucler ses budgets mal équilibrés. Oubliées les belles promesses de sa campagne électorale sur la non-augmentation des impôts ; oubliées les difficultés des plus modestes qui survivent en Ile-de-France au prix de sacrifices quotidiens ; Anne Hidalgo donne des gages à la composante écologiste de sa majorité et joue les shérifs de Nottingham.

En augmentant de près de 180% les tarifs du stationnement à Paris, Anne Hidalgo lance clairement le mot de Cambronne au visage de la banlieue. N’oublions pas qu’elle a mis fin à son mandat de Conseillère régionale d’Ile-de-France en devenant le premier édile de la capitale, se dégageant ainsi du bourbier francilien dans lequel Jean-Paul Huchon, le Président de la région, reste englué. On ne l’entendait pas beaucoup s’exprimer dans l’hémicycle de la rue de Babylone… la rupture au sein de la gauche francilienne entre Paris et sa banlieue est bel et bien consommée !

Comment diable les Franciliens qui n’habitent pas à proximité d’une gare vont-ils pouvoir se rendre à Paris s’ils ne peuvent plus payer le tarif horaire de luxe de la capitale pour leur stationnement ? La Maire de Paris affirmait il y a encore quelques mois qu’elle s’opposerait toujours à un péage urbain qui couperait Paris de sa banlieue. Avec cette hausse vertigineuse des tarifs de stationnement, ce n’est plus une fracture, c’est une amputation sans anesthésie. En bonne cheftaine de la gauche anti-banlieusards, Anne Hidalgo fait de Paris un rêve de plus en plus inaccessible, réservé à quelques privilégiés. Exit les personnes âgées, les malades et les faibles… Si vous ne versez plus votre obole, vous n’avez plus droit de fouler le pavé parisien !

Et pendant ce temps, Jean-Paul Huchon augmente pour la 7ème fois consécutive le Pass Navigo, le faisant passer à 116,5 euros mensuel pour la zone 5. Cherchez la logique ! A pied, à cheval et en voiture, il vous faudra toujours payer plus cher pour exercer la liberté fondamentale d’aller et venir en Ile-de-France !

Mais les Parisiens ne sont pas en reste. Alors que le stationnement résidentiel avait fait son succès en se basant sur des tarifs très avantageux pour inciter les Parisiens à garer leur voiture pour prendre les transports en commun, l’augmentation de 240% des tarifs pour les résidents est un mauvais signal ! Il est dit en substance « Prenez votre voiture plutôt que payer un garage de luxe en plein air,et polluez ». La preuve : en cas de pic de pollution, le stationnement résidentiel est gratuit.

Que retenir de cette nouvelle séquence de matraquage fiscal ? Après la phobie administrative, les socialistes invente la taxonite fulgurante. Avec ces tarifs excessifs et injustes, c’est bientôt Paris qui incarnera le désert français : plus personne pour venir y travailler, pour la visiter ou pour y consommer. Ce Paris-là, je ne le "love" pas !

Les élections départementales et surtout les élections régionales seront l’occasion de sanctionner sévèrement cette gauche qui n’aime que les riches. Je fais confiance à Valérie Pécresse pour mettre en place un ambitieux plan de déplacements en Ile-de-France qui n’opposera plus Paris et sa banlieue, et qui rendra à chaque Francilien le droit élémentaire de se déplacer !

mercredi 10 décembre 2014

Sur le terrain médiatique aussi, pour défendre nos convictions

Le 8 décembre 2014 , l'invitée de Loïc Barrière sur Radio Orient (94.3)



Nicolas, Sarkozy, la nouvelle UMP, la parité, NKM, Valérie Pécresse, Edouard Balladur, Jean-François Copé, les municipales à Paris, le 15ème arrondissement, le diesel....

Je réponds sans langue de bois aux questions de Loïc Barrière dans son émission Puriel sur Radio Orient (94,3).

Le 5 décembre 2014, l'invitée de Jean-Marc Morandini sur Europe 1


Face à Danielle Simmonet, (Conseillère Front de Gauche) de Paris pour évoquer, en direct du village du Téléthon, la colère des Français.

Clip de la playlist de Géraldine Poirault-Gauvin